Navigation

Contenu

Dačice et le premier morceau de sucre dans le monde

Les origines de la moderne industrie sucrière au sud ouest de la Moravie

Un monument du premier morceau de sucre au mondeEn 1829, les frères Tomáš et František Grebner ont fondé à Kostelní Vydří près de Dačice (dans le domaine de Karl Dalberg) la prémiere sucrerie de betterave de l´époque moderne dans la partie occidentale de la monarchie des Habsbourgs. Au printemps 1829, ils ont planté un champ de superficie de 3 ha environ de la betterave et ils ont commencé à traiter le produit de la récolte dans une sucrerie en automne 1829 en utilisant leurs connaissances acquises en France.

La sucrerie à Kostelní Vydří fut fondée dans le bâtiment de la brasserie appartenant à une cour domestique. Dans le bâtiiment du rez-de-chaussée se trouva une étable pour les boeufs attelés au manège, ensuite une pièce abritant le manège et une grande salle où furent installées toutes les machines simples de la sucrerie, une coupe-racines actionnée par le manège, la machine pour blanchissement ou à pétrir, presses à vis et à clavette, cuves, encastrées dans le sol, pour collecter le jus pressé, 3 chaudières à défécation avec chauffage direct, 2 plus grandes et 2 plus petites poêles pour évaporation avec chauffage direct. La plupart des machines furent fabriqueés en bois, quelques composants en fer.

La fabrication se déroula de la manière suivante: la betterave fut râpée en petits morceaux dont le jus de betterave fut pressé, qui, ensuite, chauffé et déféqué dans les chaudières, fut évacué, tout chaud, pour évaporation dans les chaudières où se formait le sirop qui fut après épuré. Suiva la cristallisation de durée de trois semaines, ensuite clairce et séchage. Ainsi fut obtenue la cassonade qu´il fallait raffiner. Les déchets du procédé de fabrication furent utilisés comme fourrage pour les moutons et le sirop lors de la fabrication des boissons alcooliques. A peu près 1 000 kg de la betterave ont été traitées par jour, dont 30 kg du sucre et 30 kg du sirop ont été tirés. Lors de la prémière campagne de traitement, 11 200 kg de la cassonade ont été fabriqués, quantité achetée presque toute entière par les commerçants de Dačice. La sucrerie a mis fin au traitement de la betterave déjà en 1832, parce que le sol aux alentours de Dačice a´était pas propice à la culture des betteraves (altitude près de 500 m) et la sucrerie n´avait pas de matière prémière de qualité pour le traitement. Néanmoins, elle est devenue un exemple pour d´autres entreprises en Bohême et en Moravie.


Prémière raffinerie de sucre en Moravie

La raffinerie de sucreEn 1833, František Grebner a renoué avec la tradition de la sucrerie à Kostelní Vydří et avec un support financier de J. B. Puthon, banquier de Vienne, il a fondé une raffinerie à Dačice même. La raffinerie fut installée dans la maison No. 4 sur la place Palacký . (maintenant salle de fêtes), plus tard elle occupa aussi des bâtiments voisins No. 2, 3 et 5. Au début, elle ne traita que le sucre de canne que les voitures attelées importèrent à Dačice par Vienne du port italien Trieste. Elle est devenue la prémière raffinerie de la canne en Moravie. Après 1844 elle n´a traité que le sucre de betterave d´origine du pays. La raffinerie a apporté à la ville une reprise économique, a fait venir à Dačice des experts et a crée de nouveaux postes de travail. Cependant, en 1839, la raffinerie a connu des diificultés financières et les décisions quant au sort futur sont passées dans les mains des associés de Grebner qui ont appelé à la direction de la raffiinerie, au printemps 1840, un nouveau directeur – Jakub Kryštof Rad de Vienne, né a Rheinfelden en Suisse.


Jakub Kryštof Rad – inventeur du morceau de sucre

Jakub Kryštof Rad - l´inventeur du morceau de sucreLe directeur a étendu les locaux affectés à la fabrication en 1841 en rattachant un nouveau bâtiment de la raffinerie dans la cour de la maison No. 4, il a procuré de nouvelles machines et en 1842 il a mis en exploitation la prémière machine à vapeur dans la ville. Sous la nouvelle direction la raffinerie a prospéré et a employé une trentaine d´ouvriers permanents. Le sucre en provenance de Dačice a approvisionné sud-ouest de la Moravie, Bohême de Sud et de l´Est et la région frontière autrichienne. Le sucre a été vendu aussi dans les magasins de la raffinerie ouverts à Vienne, Pest et à Brno.

Pour une meilleure utilisation de quelques produits de la raffinerie et pour améliorer son travail, le directeur Rad a mis en exploitation à Dačice un atelier de fabrication de fruits candi, confiserie et chocolat en engageant à la fabrication aussi sa femme Juliana. La confiserie de Dačice comme bonbons, pain d´épices et chocolat ont été achetés par les commerçants de Vienne, Prague, Pest, Linz et Lvov et dans petites villes au sud ouest de la Moravie, en Bohême de Sud et de l´Ouest. et sur le territoire de la Slovaquie d´aujourd´hui.

Les pains de sucre, formes peu inconvénientes de cônes et chapeaux fabriquées jusqu´alors ont suggéré à Jakub Kryštof Rad l´idée d´un morceau de sucre.


„Cherchez la femme (même derrière le morceau de sucre)“

Les époux Juliana et Jakub Kryštof RadLa femme de ménage Madame Juliana Radová a du aller chercher le hachoir lorsqu´elle voulait sucrer un peu le plat et couper un petit morceau d´un grand pain de sucre. Un petit moment de l´inattention et l´accident a été là. Un jour en août 1841, un accident du genre est arrivé aussi à madame Juliana qui, coupant un cône de sucre, s´est blessé un doigt. Elle s´est adressé ensuite à son mari et d´autres employés de la raffinerie de Dačice, présents à un déjeuner, faisant appel à eux afin qu´ils trouvent un mode comment éviter de couper et fendre de façon difficile les cônes de sucre. Ce fut elle, dit-on, qui a proposé de fabriquer le sucre en formes de dés qui soient pratiques pour compter et stocker. Sa surprise a été certainement agréable lorsque son mari lui a remis une petite caisse en automne de la même année. 350 dés de sucre blancs et rouges ont été rangés dedans. Le morceau de sucre a été né.

Etiquette du sucre de Dačice avec ilustration de la raffinerie d´origineRad a monté une presse pour fabriquer les morceaux et le 23 janvier 1843 il a obtenu le privilège de fabriquer les morceaux de sucre à Dačice. En automne 1843 la raffinerie à Dačice a commencé à fabriquer le sucre carré pour le marché. Pour la prémière fois le sucre a apparu aussi à Vienne dénominé „sucre de thé.“ Un paquet contenant 250 morceaux a pesé un livre (un demi kilo environ) et a rappelé une caissette avec le thé de Chine. Elle a été revêtue d´étiquettes originales où figuraient les bâtiments de la raffinerie de Dačice et vendu pour 50 kreutzers. Le brevet de fabrication de sucre a été bientôt acheté par la Prussie, la Saxe, la Bavière, la Suisse et l´Angleterre. Les raffineries de sucre de par le monde se servent de l´invention de Rad jusqu´à nos jours.


Le secret de l´invention de Rad ou comment naît le morceau de sucre

Presse pour la fabrication des morceaux de sucreLa farine de sucre obtenue par une coupeuse à partir de cônes pas tout-à-fait secs passa aux cribleuses et remplit les orifices d´une plaque de laiton. La plaque portait 400 orifices carrés et fut attachée à une plaque inférieure unie sans orifices. Les deux plaques furent déplacées sous une presse ou au moyen d´une broche filetée et d´un balancier rotatif, les poinçons situés à la tête de la presse furent enfoncés dans les orifices de la plaque de laiton. Le sucre dans les orifices a réduit son volume de moitié. A la fin, la presse a expulsé les dés carrés sur une plaque en bois et, placés sur la plaque, les dés furent transportés dans une chambre de séchage où ils ont séché 10-12 heures. Après, le sucre fut emballé dans des paquets d´un livre de poids. Les paquets ont été déposés dans des caisses, 120 morceaux dans une caisse, et acheminés vers les clients. Les morceaux de sucre ont été fabriqués en deux tailles, l´arête de l´une fut 3/5 pouce grande (1,5 cm environ) et de l´autre 1/2 pouce (1,2 cm). Leur couleur fut blanche et rouge. Par 6 presses par jour, la raffinerie à Dačice a été capable de fabriquer jusqu´a 1120 kg du sucre carré.


La raffinerie a terminé mais le morceau de sucre est resté pour nous

Du aux conditions extérieures la situation économique de la raffinerie, vers les années 40 du 19ème siècle allait en s´impirant et ni la fabrication du sucre carré en laquelle J. K. Rad espérait, n´a pas apporté l´amélioration attendue. En.1846, Rad renonça à la responsabilité du directeur de la raffinerie et quitta avec sa nombreuse famille Dačice. (Au total, Mr et Mme Rad eurent 16 enfants, dont 7 sont moururent bientôt, l´arrière-arrière-petite-fille de J. K. Rad vit en Autriche). Raffinerie du sucre a été en exploitation jusqu´à 1852 et ensuite elle a cessé de travailler parce qu´elle était trop éloignée de principales régions des betteraves en Moravie, le coût de transport de la betterave à Dačice augmentait. Le bâtiment de la raffinerie a été en 1863 démolie, seules les caves sont restées. Elles ont servi, plus tard, de fondement d´une salle de spectacles et de danses qui existe jusqu´à nos jours.

Dans le souterrain original de la raffinerie de Dačice a été découverte en 1983 une boîte en pierre sur laquelle figuraient la date 1841 et les initiales ICR (Iacob Christoph Rad), où fut déposé probablement l´acte de fondation de la raffinerie.

La plaque en pierre de la boîte est déposée dans le souterrain, rendu accessible, de la maison No. 4 sur la place Palacký. En 1983, un petit monument de granit a été élevé à Dačice qui rappelle la douce invention de monsieur Rad. Le musée municipal et la gallerie de Dačice abritent une permanente exposition consacrée à la fabrication du morceau de sucre et à la sucrerie à Kostelní Vydří.